LOVE LIFE – NE REGRETTE RIEN

La campagne « Love Life – ne regrette rien » a pour but de prévenir les enfants et les jeunes contre les maladies sexuellement transmissibles en les incitant à se protéger. Les affiches montrent de jeunes couples avant et pendant l’acte, sans les réduire à des objets sexuels, et sans dévoiler les parties intimes du corps. Le Tribunal fédéral a été amené à statuer sur la question de savoir si cette campagne portait atteinte au développement de la jeunesse. Réponse de notre Haute Cour : « non ». Les affiches et cette campagne ne portent pas une atteinte particulière, juridiquement inadmissible, au développement des enfants. Notamment l’article 11 de la Constitution n’est pas violé (ATF 144 II 233 du 15 juin 2018).

Note : que ce soit pour vendre du café, du shampoing ou de la lingerie, la publicité recourt fréquemment à des représentations érotiques et sexuelles. L’on s’étonne dès lors que les recourants se focalisent en particulier sur la campagne « Love Life –  ne regrette rien », alors que celle-ci poursuit un but de prévention et de protection de la jeunesse. A notre avis, cette campagne n’est de loin pas plus osée que les images auxquelles les jeunes ont accès sur internet, à la télé, et en se promenant simplement en ville.

 Étude Trümpy, Décembre 2019